UNIVERS UNI

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 9 mai 2009

Kmers rouges, au Cambodge, le temps de la justice.

Kang Kek Ieu (ou Kaing Kek Iev ou Kaing Guek Eav), alias Douch ou Duch, ancien professeur de mathématiques et ancien directeur de la prison de Tuol Sleng et l'un des responsables de la dictature des khmers rouges au Cambodge. Il était à la tête du centre de torture S-21, où furent détenus plus de 12.380 hommes, femmes et enfants avant d’être exécutés, il est actuellement jugé pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre.

Le premier procès international d’un ex-responsable Khmer rouge au Cambodge. L’ex-tortionnaire présumé, alias «Douch», sera jugé pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre. C’est le tribunal - parrainé par l’ONU - qui enquête depuis plus de deux ans sur les violences de masse commises sous le régime communiste des Khmers, entre 1975 et 1979.

Le procès est pour la première fois retransmis sous la forme d'un feuilleton hebdomadaire par la société de production "Mekong Film".

Lire la suite...

jeudi 18 décembre 2008

Le monde en couleurs d'Albert Kahn 1908-1931

A défaut de pas être allé cette année en Asie, ce sont les éditions du Chêne qui ont publié en Octobre dernier un livre magnifique sur la photographie couleur du début du siècle. 376  images, superbes et inédites, de l'immense collection d'Albert Kahn.

Lire la suite...

samedi 15 mars 2008

Troubles au Tibet le 10 Mars 2008


Tibet : 100 morts selon le gouvernement en exil

Les manifestations pour l'anniversaire du soulèvement de 1959, ont été violemment réprimé à Lhassa le 10 Mars 2008.

Les émeutes vendredi à Lhassa, la capitale du Tibet, auraient fait jusqu'à cent morts, selon des "informations non confirmées" reçues par le gouvernement tibétain en exil. Selon ces mêmes informations, la loi martiale aurait été instaurée dans la ville.


Lire la suite...

vendredi 9 mars 2007

90 jours pour libérer AUNG SAN SUU KYI

Aung San Suu kyi

Symbole de la résistance à la dictature. La Birmane Aung San Suu Kyi, prix nobel de la paix en 1991, incarne l'idéal démocratique. Depuis 2003 elle est assignée à résidence dans son pays pour avoir défié la junte militaire.

Le sirte internet www.asskforfreedom.org sert de plateforme à l'opération intitulée: "90 jours pour libérer Aung Sann Suu Kyi", une opération dont le compte à rebours à commencé le 26 Février dernier et qui se terminera à la date "promise" de libération le 27 Mai 2007, mettant fin à la période d'assignation à résidence décrété par la junte militaire.


Les 90 jours aujourd'hui 27 Mai 2007 viennent de s'écouler, le mandat d'assignation à résidence de la dissidente Aung San Suu Kyi, a été prolongé d'un an ce vendredi 25 Mai a déclaré un responsable du Gouvernement Birman.

Soumise à une stricte assignation, elle ne peut pas recevoir de visites ni communiquer par téléphone.

Attaquée lors d'un déplacement

Aung San Suu Kyi, Prix Nobel de la paix 1991, est détenue chez elle depuis le 30 mai 2003, date à laquelle son cortège avait été attaqué par des partisans de la junte lors d'un déplacement dans le nord de la Birmanie. La dissidente a connu la prison ou la résidence surveillée de manière récurrente depuis 1989 et la victoire électorale, rejetée par la junte, de son mouvement, la Ligue nationale démocratique.

Mardi, l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN) avait appelé le régime militaire à libérer le Prix Nobel de la paix. (AP)



Lire la suite...